Vivez en direct et de l'intérieur le Championnat du Monde Bic293


En s’installant à Brest pour l’édition 2014 de la Techno World Championship, les instances fédérales internationales de la voile ravissent nos jeunes « frenchies » mordus de windsurf. Au cœur de cet événement incontournable de la série Bic Techno 293, trois jeunes géromois se sont glissés au sein de la délégation française, Chloé Weckel, Lily Dieudonné et Antoine Thiriat, pour 6 jours de compétition intense. 

Championnat du Monde mode d’emploi
Plus de 400 planchistes, dont les meilleurs mondiaux, vont concourir pour trois titres, filles et garçons : les moins de 15 ans, les moins de 17 ans et les plus de 17 ans (une série assez méconnue en France où les coureurs naviguent sur des flotteurs Bic 293 munis d’un aileron de 50 cm et équipés d’un gréement de 8,5 m²).
Le Comité de Course a la possibilité d’envoyer les planchistes sur deux types de parcours : le « trapèze intérieur » ou le « trapèze extérieur ». La différence avec le parcours trapèze que nos coureurs ont l’habitude de rencontrer réside en la présence de « portes » à franchir.
 
Durant ce championnat, les planchistes pourront courir trois manches maximums par jour et jusqu’à douze manches au total. Certaines séries affichant un nombre de coureurs très important (99 minimes garçons et 157 cadets), le championnat aura une configuration particulière pour eux. Durant les trois premiers jours de compétition, les coureurs de ces séries seront divisés en deux poules (Bleue et Jaune). Le premier jour, un tirage au sort déterminera la constitution de chaque poule. Ensuite, les classements intermédiaires permettront d'équilibrer les deux poules. A l’issue de ces 3 jours d’épreuves, deux nouvelles poules seront constituées pour la fin du championnat : la poule Or, avec la première moitié du classement général provisoire et la poule Argent avec le reste de la flotte.

Programme du championnat
S19 juil. : Inscriptions, jauge du matériel et cérémonie d’ouverture
D20 juil. : Course d’entraînement
L21 au V 25 juil. : Courses
S26 juil. : Courses et remise des prix 

Samedi 19
L’aménagement du site de compétition est impressionnant. Chaque coureur dispose d’un râtelier où stocker son matériel. Le sol est recouvert de moquette permettant de gréer sans abîmer les voiles. Les tentes d'organisation accueillent les coureurs et leur offrent salles de convivialité et de restauration. Les traditionnelles crêpes des  « mamans Croco » ont toujours autant de succès ! Enfin, un animateur accompagné d’un DJ ambiancent le site. Au fil de la journée, les différentes délégations nationales prennent possession des lieux. Les inscriptions et la jauge du matériel se passent sans encombre pour nos trois jeunes. Nous découvrons les Instructions de Course (...en anglais !) et les parcours. Facilement identifiables, les minimes porteront des lycra jaunes. Chloé sera identifiable sous le numéro FRA-828, Lily sous le numéro FRA-8888 et Antoine sous le numéro FRA-989. En milieu d’après-midi, nous décidons d’aller sur l’eau reconnaître le site. Le vent est calme et le courant faible. Les sensations sont bonnes et le matériel semble bien réglé. De retour de navigation nous prenons le temps de nous imprégner des subtilités des Instructions de Course. 

Dimanche 20 :
8 heures, réveil musculaire. La nuit a été difficile à cause de la chaleur et Antoine présente quelques douleurs aux genoux. Le footing, la douche et le petit déjeuner remettent rapidement toute l'équipe sur pied. Tout le monde prend la direction du site pour préparer son matériel et affiner ses derniers réglages. 15 heures, 400 voiles envahissent la rade de Brest. Le spectacle est saisissant. Les différents ronds se mettent en place pour une manche d'entrainement. Le rond Alpha, dirigé par Anthony Rigaud, accueille les minimes. Il est décidé d'envoyer les 99 garçons ensemble sur une seule ligne de départ pour aujourd'hui. Les planchistes sont sous tension. Malgré un deuxième rappel général, le Comité prend la décision de les laisser partir. Le départ des filles est plus calme, 300 mètres de ligne de départ pour 35 véliplanchistes ! Après une quinzaine de minutes de navigation et avoir repérer les bouées du parcours, une grande majorité des coureurs s'arrêtent préférant se réserver pour le lendemain.
Pour nos trois minimes, les départs manquent d'engagement. Un débriefing permettra de revoir certaines bases théoriques (prise de repère, placement favorable, déclenchement du pomping...) pour réaliser le meilleur départ possible. Malgré tout, le moral reste bon et nos jeunes sportifs prennent beaucoup de plaisir.

Lundi 21 :
Se sortir du lit est difficile mais l’équipe a mieux dormi. Les douleurs de la veille pour Antoine ont disparu. Le footing matinal permet à tous d’émerger et de mettre en route l’organisme. La matinée est consacrée à la préparation du matériel. Le premier signal d’avertissement prévu à 14 heures est repoussé faute de vent. L’attente à terre fait monter le stress. Il faut donc rapidement occuper les esprits à autre chose. Une partie de Molkky s'organise donc avec toute l’équipe. Les « coups spéciaux » de Lily ou d’Antoine font beaucoup rire. Vers 15 heures, les séries partent enfin sur l'eau. Antoine courra dans la poule Bleue. Un vent synoptique faible et très instable parcours le plan d’eau. Après un rappel général, la poule Jaune est finalement envoyée. La poule Bleue se prépare, mais un rappel général repoussera leur départ. Entre temps, le vent tombe complètement. Le Comité de Course hisse alors le pavillon d’annulation. Toutes les courses en cours sont annulées. C’est de nouveau l’attente pour tous les coureurs du rond Alpha. Le stress monte de nouveau. Nous nous occupons sur le bateau et improvisons des jeux pour passer le temps. Finalement, un vent thermique commence à s'installer doucement et fait basculer le parcours de 150 degrés ! La flotte Jaune part enfin, dans un vent assez faible. Le pavillon noir est hissé pour le départ des Bleus. Avec une ligne favorable bâbord, les deux tiers de la flotte prennent l’option de partir du côté viseur. Antoine prendra le choix d’un départ tribord. Une quinzaine de voiles vont le dépasser sur sa gauche. Mais après une minute de pomping, sa place semble acquise. Il gardera finalement ce très bon classement jusqu’à l’arrivée, après de longs bords de pomping.
Les filles sont lancés sur un parcours intérieur. Très vite Chloé et Lily semblent gérer leur course. Un pomping efficace dès les premières secondes du départ leur permettra d'accrocher la flotte où les petits gabarits sont relativement favorisés par de faibles conditions de vent. Essoufflées par cette première manche éreintante, Chloé et Lily termineront, avec le sourire, respectivement à la 11ème et 20ème place !
"C'est une journée très positive qui prouve que nos jeunes géromois ont toute leur place dans ces championnats et seront capable de nous surprendre encore ! Je suis très satisfait de leurs prestations. Ils sont très concentrés, motivés et tiennent compte de tous les conseils qu'on peut leur apporter." confie leur entraîneur.

Mardi 22 :
C'est dans un épais brouillard typiquement breton que la journée a démarré. Atmosphère magique pour ce footing matinal. Alors que le soleil reprend ses droits, telle une fourmilière le site s'anime d'un balai de planchistes. Chacun s’attelle à préparer son matériel, consulter les résultats ou les dernières parutions officielles du comité d'organisation. Les drapeaux commencent à frémir. Un vent thermique s'installe doucement sur le plan d'eau. Mais les coureurs n'iront que tardivement sur l'eau, les comités de course souhaitant faire naviguer les planchistes dans des conditions de planning plus confortables. C'est à 16 heures que le premier signal de départ retentit pour la flotte des minimes. Une série de trois manches se succéderont ensuite pour chacune des catégories. Les poules remaniées, Antoine prend le départ de la flotte Jaune. La première manche de la journée est un succès. 7ème à l'arrivée, Antoine exprime sa joie : « Je suis bien parti, j’ai choisi les bonnes options je pense, même si je me faisais quand même rattraper sur le vent arrière. Je suis content de moi ! » Signant un bon départ lors de la seconde manche, Antoine franchira l’arrivée à la 15ème place. Légèrement en retrait et à couvert lors du troisième signal de départ, il ne parviendra par à réitérer les performances précédentes. 30ème pour cette dernière course, le bilan de la journée reste très positif. « Antoine est très concentré sur les départs. Après s’être ravitaillé, avoir écouté les derniers conseils, il quitte rapidement notre bateau pour analyser le plan d’eau et prendre des repères sur la ligne. En appliquant ce rituel préparatoire, il s’échauffe et s’impose, marque physiquement sa présence sur l’eau face à ses concurrents. Il est là pour donner le meilleur de lui-même et c’est ça qu’on souhaite voir. » explique Sébastien.
La journée sera plus compliquée pour les filles. Après un premier départ extraordinaire et en tête de la flotte pour Chloé, la journée semble pourtant très bien s’engager. Malheureusement, à l’arrivée c’est l’incompréhension. Les planchistes féminines arrivent les unes après les autres mais Chloé n’est pas là. C’est à la 27ème place qu’elle finira par arriver. Sur le bateau, Chloé est effondré. « Je ne comprends pas. Je pars super bien et dès que le vent mollit ma planche lofe, enfourne et ralentit alors que mes adversaires parviennent à rester accrochées au harnais et à planer. C'est pareil au vent arrière, tout le monde me rattrapait ! » Et la mésaventure va se reproduire les manches suivantes. « Ses départs sont extrêmement bons. Elle parvient désormais à s’imposer, prendre de très bons repères et à se lancer avec vitesse. Elle a effectivement un problème de placement en navigation mais qu’elle va réussir à résoudre. Il faut surtout qu’elle parvienne à gérer ses charges émotives lorsqu’elle se retrouve en difficulté. Elle s’enferme dans un système où, persuader de ne plus parvenir à rien, elle accentue ses erreurs. Il faut qu’elle réussisse à souffler, prendre du recul sur la situation, garder de la lucidité et se reconcentrer sans perdre confiance. » commente son entraîneur.
Pour Lily, la journée commence mal. Signant une 33ème place dès la première manche, le moral est au plus bas. « La principale difficulté pour Lily, c’est de se placer correctement sur le départ. Elle part concentrée, prend des repères mais ne parvient pas à les utiliser correctement. A plusieurs reprises, elle s’est retrouvée prise en étau. Couverte par ses adversaires, elle ne parvient pas à se dégager suffisamment tôt. » nous explique Sébastien. « Elle est tonique et possède un pomping redoutable. Sa condition physique est un atout précieux qu’elle doit pouvoir mieux exploiter. » C’est ce qui permettra à Lily de revenir dans la course lors des deux dernières manches de la journée. 31ème au général provisoire, Lily sait que sa place est beaucoup plus haute dans le classement.
Il reste quatre jours de compétitions et les filles sont en forme. Tout reste à jouer !

Mercredi :
Journée décisive pour les garçons. A l’issue du classement des courses du jour seront établies les poules Or et Argent pour la fin du championnat, un objectif important pour Antoine.
Le premier signal d’avertissement est lancé vers 15h30. Un vent thermique, de 8 à 9 nœuds, souffle sur le plan d’eau. Deux manches maximums sont au programme des garçons. Les filles pourront, quant à elles, courir jusqu'à trois manches.
Autour des bateaux des entraîneurs, l’impatience des coureurs se fait sentir et cette impatience se paiera... Trop pressés, les garçons sont à deux reprises rappelés sous pavillon général. La sanction tombe, le comité décide de procéder à des départs sous pavillon noir, une procédure très pénalisante pour les coureurs qui prendraient un départ prématuré.
Chez les filles, durant la dernière minute de la procédure du départ, le vent forci et bascule sur la droite. La ligne devient trop favorable bâbord et contraint le comité à annuler le départ. Une opportunité pour nos deux géromoises, tribord côté droit de la ligne, qui auraient vu passer l’ensemble de la flotte bâbord au nez de leur planche. Beaucoup mieux placées lors de la nouvelle procédure de départ, elles prendront finalement un très bon départ, touchant un « vent frais ». Des fautes techniques et des choix stratégiques vont malheureusement les pénaliser. « On a pu mettre en évidence grâce aux tracés GPS que Chloé et Lily choisissent des routes hors du cadre de navigation lors des remontées au prés. Elles parcourent donc plus de distances que leurs adversaires et perdent rapidement leur avance. » confie Sébastien. « Sur la seconde course, Lily part à couvert et touche un vent très refusant. On l’a vu prendre une trajectoire très abattue par rapports aux autres. La trace GPS met en évidence ce phénomène. Il s’agit dans ces conditions de renvoyer de l’autre côté en virant de bord. Prendre cette décision n’est pas évident quand vous voyez toute la flotte partir devant vous. Mais c’est la seule solution. »
Au terme de cette journée, Chloé parvient à remonter dans le classement général à la 21ème place.
(Munies de « tracker », les tracés des courses 5 et 6 des filles sont visibles sur cette page. Cliquez sur U15G puis R5 ou R6)
Antoine aura aujourd’hui plus de difficultés à prendre de bons départs. Moins contraint par le courant, les garçons sont sur le fil de la ligne durant la procédure de départ, aucun retard n'est pardonnable, chacun verrouillant toute possibilité de s'insérer. « J'ai voulu suivre l’Israélien mais je me suis fait piéger. Je n'ai pas su remonter sur la ligne. » nous explique Antoine. 25 puis 29ème de sa poule, Antoine parvient à se qualifier pour la poule Or de la compétition !

Jeudi 24 :
C'est au rythme de parties endiablées de Molkky, de courses éreintantes de chariot (officialisées par l'organisation !), de démonstrations époustouflantes de flyboard, de flâneries au cœur d'étourdissants rayons de Surf shop et enfin d'une initiation exaltante de  wakeboard que la journée s'est animée. Faute de vent et d'orages menaçants les coureurs ne sont pas allés sur l'eau aujourd'hui.
Reprise des courses demain à partir de 13h30.
(Pour visualiser les courses 7 à 9 de la poule Or, en replay, connectez-vous sur cette pageCliquez ensuite sur U15B.)

Vendredi :
Après une longue journée d'attente la veille, le championnat peut enfin reprendre. 7 à 12 nœuds balaient le plan d'eau. Le courant, plus fort que les jours précédents, perturbe lourdement les départs. Les coureurs sont déportés et certains franchissent la ligne avant le signal. De nombreux rappels généraux sont envoyés. Le comité de course est contraint de hisser le pavillon noir. Peur de la sanction ? Manque de confiance ? Perte de concentration ? L'équipe peine à prendre des départs corrects. Trop à couvert des autres participants, Chloé, Lily et Antoine ont du mal à prendre leurs marques. Les deux premières courses de la journée sont peu satisfaisantes. Lily commettra de plus une erreur qui lui coûtera une disqualification. « Gérer sa concentration après une journée sans naviguer, en plein milieu d'un championnat, est un exercice difficile. Est-ce la cause de ces contre-performances ? » s'interroge Sébastien. Finalement, Lily prendra sa revanche en signant, lors de la dernière manche du jour, sa deuxième meilleure performance de ce championnat. Chloé, à une demi-longueur de flotteur derrière Lily, franchira la ligne à la 22ème place.

Samedi :
Le début de journée ressemble étrangement à celui de mardi. La brume matinale laisse place au soleil. Un vent thermique semble s'annoncer. Malheureusement, le vent synoptique s'y oppose. A terre, le stress monte. L'enjeu est important pour chacun. Du côté de nos trois Lorrains, tous souhaitent aller sur l'eau. « Il faut qu'ils nous lancent. Nous avons tout à y gagner. » Officiellement, plus aucune course ne peut être lancée après 16 heures et il est déjà 15 heures. Finalement, le comité envoie les coureurs sur l'eau. Le vent est faible et très instable. 15h30, aucun signal n'est donné... 15h45, les coureurs sont concentrés mais rien ne bouge... 15h50, un signal VHF émet enfin. La voix d'Antony Rigaud, président du comité de course, résonne : « Je déclare officiellement le championnat terminé ! » Éclats de joie pour la délégation Israélienne et Italienne qui s'offrent de beaux podiums. Les planchistes sautent à l'eau et s’enlacent. C'est la délivrance. Nos trois géromois, un peu déçu de ne pas avoir disputé une dernière course, sont malgré tout soulagés. La stress retombent. « C'était un championnat gé-nial ! » s'accordent-ils tous à dire. « Nous avons appris beaucoup de choses. En rentrant à Gérardmer nous ne serons plus les mêmes. J'ai changé mes positions de navigation grâce aux conseils qu'on m'a donné et à ce que j'ai pu observer. Je vais désormais beaucoup plus vite ! » nous confie Antoine. Heureux, tout le monde l'est. Coureurs, parents, entraîneurs, ce fut une expérience unique et très enrichissante.

Résultats après 9 courses :
1. Georgia Speciale (ITA) - 1, 22, 1, 1, 1, 1, 1, 2, 1
2. Shira Benbenisti (ISR) - 3, 1, 12, 6, 4, 3, 9, 1, 2
3. NataliaArapoglou (GRE) - 2, 10, 2, 8, 2, 10, 4, 4, 5 
24. Chloé Weckel (FRA) - 11, 27, 29, 31, 15, 19, 24, 27, 22
32. Lily Dieudonné (FRA) - 20, 33, 28, 28, 31, 30, 29, DSQ, 21
1. Tom Arnoux (FRA) - 4, 1, 2, 2, OCS, 1, 5, 3, 1
2. Lior Kamil (ISR) - 5, 1, 2, 20, 3, 2, 9, 4, 4
3. Itai Kafri (ISR) - 3, 2, 5, 3, 8, 6, 3, 14, 2
43. Antoine Thiriat (FRA) - 15, 7, 17, 33, 25, 29, 38, 42, 38
Juillet 2014